Les bienfaits de la marche rapide.

La marche rapide

powerWalking
L’activité physique est reconnue par tous pour ses bienfaits en terme de prévention des nombreuses maladies chroniques. Hippocrate déjà, entre 460 et 377 av JC, proposait de traiter la 3ème phtisie (bronchite chronique) par un régime à base de poireaux, de vin, et de marche selon le protocole suivant:
1er mois 20 stades (1 = 180m) par jour, puis 10 stades de plus chaque mois, jusqu’à 150 stades au final…

Il était dit que si le patient suivait le traitement, il guérissait. Galien, lui, expliquait plus tard que les âmes sont à l’origine du mouvement et affectées par celui-ci. Les exercices doivent être adaptés par celui qui les pratique. C’est le père de l’individualisation de l’entrainement.

Christian Prefaut et Jacques Mercier, ces dernières années, nous ont appris que l’objectif premier de la réhabilitation n’est pas la maladie mais le malade. Pour en revenir à Hippocrate, tout est vrai. Ce que nous savons en plus, c’est que la réhabilitation ne s’arrête pas à 1 à 3 mois d’exercice mais nécessite un maintien des activités le plus longtemps possible.

Si on y ajoute le plaisir d’évoluer dans un environnement tel que nous le connaissons sur notre île, nous avons tout à gagner à nous intéresser de plus près à cette activité qui est la marche sportive.

L’objectif ?

Mobiliser tout ce qui peut l’être. Nous pourrions comparer le corps humain à une voiture. Le moteur est composé de 3 éléments déterminants pour avancer:

  1. les muscles: ils ont besoin de carburant pour fonctionner, le glucose ou les lipides (et un petit peu les protéines). Comme tout moteur à explosion, l’oxygène est nécessaire pour que tout fonctionne.
    L’oxygène est apportée par:
  2. les poumons: ils permettent l’entrée de l’oxygène (et la sortie du CO2). La ventilation s’adapte au fur et à mesure des sollicitations demandées.
  3. le coeur et la vaisseaux: ils permettent le transport de cet oxygène jusqu’au muscle en s’adaptant à la demande.

 

La marche sportive est un bon moyen de recommencer ou de débuter une activité physique.

L’avantage de ce sport ?

La faible composante traumatique.

En effet, le marcheur, contrairement au coureur, à toujours un pied au sol, donc moins d’impacts traumatisants à chaque foulée. La vitesse de marche, le dénivelé, la durée de l’exercice sont autant de paramètres que nous pouvons réguler afin d’arriver à l’objectif recherché (bien être, dépense énergétique, performance).

older-couple-power-walking-250On peut y ajouter le travail sur le geste technique avec des sollicitations plus ou moins importantes des bras, ce qui augmente significativement la dépense énergétique. La foulée également peut être optimisée. Autre avantage de ce type d’activité, le ciblage d’objectifs tels que l’aide dans le contrôle du poids (associé à une prise en charge nutritionnelle). En effet, il est réalisable de rechercher l’intensité idéale sur une zone permettant d’augmenter l’oxydation des lipides, c’est à dire de« brûler plus facilement les graisses ».

Cet objectif peut être atteint avec l’aide d’un cardio-fréquence-mètre (petit appareil permettant de mesurer en instantané la fréquence cardiaque), après avoir réalisé un test d’effort qui mesure la zone idéale d’entrainement (appelée lipox-max).

 

 

Comment se préparer ?

Il n’y a pas de préparation spécifique, la progressivité dans la pratique sert elle même de préparation. Les seules exceptions, les patients porteurs de maladies chroniques limitant les efforts (obésité, maladies cardio-vasculaires non stabilisées…), patients présentant des handicaps locomoteurs lourds. Dans ces cas de figure, une prise en charge médicale initiale sera indiquée avec la prescription d’activité physique dosée et personnalisée si l’on ne relève pas de contre-indication. Un bilan médical préalable plus ou moins complet sera peut être proposé.

Une prise en charge parallèle en rééducation fonctionnelle sera parfois nécessaire si les pathologies de l’appareil locomoteur le demandent.  Au total, la marche sportive permet de réaliser une activité physique peu traumatisante sur le plan articulaire tout en permettant une prévention de différentes maladies telles que le diabète, l’obésité, les maladies des coronaires, l’ostéoporose…

Le tout en profitant de ces cartes postales que nous pouvons observer dans les sentiers qui entourent notre cité impériale.

Gilles Testou
Médecin sportif

Centre de Médecine et de Traumatologie du Sport d’Ajaccio

 




Bois des Anglais – Capo di Feno

Petite randonnée à Capo di Feno

 

De la ville à la plage en passant par la montagne, à faire à n’importe quelle période de l’année. De préférence lorsqu’on peut se rafraîchir en arrivant.
Je ne connaissais pas du tout ce parcours car je prenais toujours les sentiers qui partaient vers la route des Sanguinaires. Ce trajet est connu de tous les compétiteurs du Trail Napoléon et de pas mal de randonneurs mais à mon avis, il ne doit pas y avoir grand monde à l’emprunter couramment.

Le trajet en images à partir des citernes

Je ne détaillerai pas le parcours depuis le Bois des Anglais, l’article ferait 15 pages. Je pars du principe que vous êtes déjà montés jusqu’ici. Sinon lisez la page qui décrit le parcours vers le Monte Salario. Dans l’ensemble, c’est un parcours relax. Aucun passage difficile si ce n’est la montée assez raide qui part du 2ème embranchement jusqu’au sommet du sentier, au « Bec d’Aigle ».

les citerne
Le départ depuis la piste du Salario : les citernes

A 1,600 km des citernes, vous allez tomber sur le premier embranchement. Ce sera le dernier poteau de signaliation. Suivez la flêche  » Sentier des Crêtes – Vignola ». En allant à droite, vous redescendriez vers la Piste du Salario.
Ce trajet est quasiment plat sauf de légères montées de temps en temps.

Aller tout droit.
1er embranchement – aller tout droit.

Le deuxième embranchement

A environ 225m du premier, vous allez rencontrer un autre embranchement avec un jeune figuier au centre. Prenez à droite.
En choisissant de tourner à gauche, vous redescendriez vers le Sentier des Crêtes, avec la possibilité d’aller à droite vers la centrale solaire ou bien à gauche vers les 2 bancs. C’est aussi un idée de parcours.

A droite, sinon c'est la descente vers le Sentier des Crêtes.
A droite, sinon c’est la descente vers le Sentier des Crêtes.

D’après la carte IGN, la petite maison en ruine juste avant d’arriver au croisement, indique que l’on se situe au niveau du toponyme « Finosa ».

La grimpette vers le sommet

Vous attaquez maintenant la portion la plus physique de toute la ballade mais également la plus belle. Une montée assez raide de plus de 1,150 km vous attend, jusqu’au « sommet », Le « Monte Salario » altitude: 537m. En allant doucement, aucune difficulté.

Le sommet est proche.
Le sommet est proche.

Une fois que vous serez à côté du Bec d’Aigle, vous pourrez vous dire que vous en avez fini avec les grimpettes, vous vous trouvez à l’endroit le plus haut du chemin ce qui vous offre une vue magnifique à 360°.sur l’arrière pays ajaccien profitez du paysage, donnez-vous une tape sur l’épaule et ne mollissez pas, vous n’êtes pas rendus.

Embranchement suivant, une autre possibilité de quitter le parcours

Sur la droite, vous descendez sur la centrale de Vignola.
Sur la gauche, vous descendez sur la centrale de Vignola.

Distance parcourue à cet endroit: 7,400 km. Vous avez encore la possibilité de rester côté Route des Sanguinaires et redescendre vers la centrale solaire de Vignola, il suffit de prendre à gauche. Sachez tout de même (avis personnel) que ce parcours est assez casse-gueule et fatigant pour les articulations car c’est de la descente glissante et raide. A vous de voir. Si vous êtes jeune, agile et bondissant: banco! sinon faites comme moi: évitez. Nous allons donc continuer comme prévu vers Capo di Feno et aller à droite.

La descente vers le col de Capo di Feno (canareccia)

La suite du parcours vers le col est moins évidente que ce que vous avez vu jusqu’à présent, la vue change car vous passez sur le versant Nord. Le sentier est moins fréquenté donc moins entretenu. Je mets quelques photos pour que vous puissiez visualiser les embranchements sans commentaire particulier. Le premier croisement ne se voit peut-être pas au premier coup d’œil mais finalement, on ne peut pas se perdre.

Nouveau choix

Encore une possibilité de rejoindre la centrale solaire de Vignola. Ce cairn en ruines vous marque le moment où vous allez vous diriger vers « a Bocca di Canareccia »,

Au cairn, allez à droite.
Au cairn, allez à gauche pour la centrale, à droite pour Capo.

 

Pas évident mais somme toute, il n'y a que cette solution.
Pas évident mais somme toute, il n’y a que cette solution.

Jusqu’à la route, les autres embranchements sont plus visibles et logiques. Ces zones démaquisées sont-elles des terrains d’atterrissage pour hélicoptères en cas d’incendie?

Une première aire dégagée vous alerte, allez tout droit vers la flêche
Une première aire dégagée vous alerte, allez tout droit vers la flêche

2ème zone dégagée, allez tout droit.
2ème zone dégagée, allez tout droit.

Arrivée à « Bocca di Canareccia »

Arrivée à canareccia, en médaillon, les citernes.
Arrivée à canareccia, en médaillon, les citernes.

L’heure des choix!

Vous venez de parcourir 9,300 km et soit vous êtes raides et vous avez appelé quelqu’un à la rescousse qui vous attend dans une voiture. Soit vous n’êtes pas là pour plaisanter et vous traversez la route… Dirigez-vous alors tout de suite vers la droite. Ne prenez pas le sentier qui part à gauche, c’est tentant mais il s’agit d’un cul-de-sac.

Par contre, si en avez assez des chemins, prenez à droite et rejoignez Capo di Feno par la route. Dernière possibilité: vous avez présumé de vos forces et vous vous demandez ce que vous faites là: tournez à gauche, et rejoignez la route des Sanguinaire. Nous, on continue sur le chemin. Traversons donc…

Seul endroit bitumé du parcours!
Seul endroit bitumé du parcours!

Un peu plus loin, un autre embranchement. Allez à droite. Prendre à gauche vous mène vers la route des Sanguinaires.

par_ici-5

A partir de là, vous allez cheminer à l’ombre sans vous poser de questions. Logiquement, il n’y a plus aucune difficulté pour se diriger, c’est tout le temps à droite et surtout, ça descend presque toujours jusqu’au « Petit Capo »

La trouée qui annonce la fin du sentier.
La trouée qui annonce la fin du sentier.

L’arrivée sur la route en terre marque la fin des sentiers. Une fois que vous y êtes, tournez à droite pour rejoindre le Petit Capo et continuez vers le fond de la plage. Si vous continuez à gauche sur la route en terre, vous rejoignez le superbe sentier des douaniers qui vous mènera jusqu’à La Parata et les Iles Sanguinaires.

Vous êtes au Petit Capo.
Vous êtes au Petit Capo.

La plage de Petit Capo
La plage

Vous voilà au bout (presque)

A partir de la plage du Petit Capo, je ne détaille plus le parcours car il est évident. La distance totale est atteinte à la paillote « le Pirate », soit au total 3h15 pour une distance approximative de 16km.
Nous somme le 26 Octobre 2013 et il fait un temps splendide. Autant dire qu’une baignade va nous faire le plus grand bien.

ça y est, Vous y êtes!
ça y est, Vous y êtes!




Monte Cardu

 

Données techniques

  • Départ parking : alt 870m
  • Dénivelé : environ +1600m
  • Altitude Monte Cardu : 2453m
  • Aller/retour : 14km
  • Dénivelé :1600 m sur 6,6 km
  • Temps approximatif (rythme balade) Départ 7h40 – Arrivée 18h00
  • Difficulté: R3 (+)

P1090542

Nous avançons sur les dalles rocheuses avec la curieuse sensation de respirer un bol d’oxygène bien que nous frôlons les 2300 mètres d’altitude. Le sentier libéré de racines, de pierres s’avère désormais bien plus facile à parcourir. Depuis le départ de la chapelle Sant’Eliseu, située à 1555 mètres d’altitude, et la bergerie Codu a u Pratu la pente raide avaient ralenti nos pas et étouffé notre détermination. 450 mètres de dénivelé sous le soleil aride du mois d’août.
Libérés désormais de toute contrainte technique liée à la configuration du sentier nous marchons sereinement vers le Monte Cardu. Un des sommets du massif du Monte Rotondo. Il culmine à 2450 mètres. Plus que 150 mètres, un dernier pierrier et nous y serons.

Je me suis équipé de bâtons. Plus nous grimpons et moins leur utilité s’impose à mon esprit. Un ajustement de leur longueur me paraît nécessaire pour éloigner cette trompeuse impression. Je stoppe mes pas et je prends le temps de les raccourcir. Je dévisse, je revisse et désapprouve ma paresse. Maintenant à la juste longueur leur présence ne m’encombrent plus et m’aident même par moment à franchir les blocs schisteux qui se dressent devant moi.J’ai privilégié la pratique des bâtons depuis qu’un des mes amis me l’a conseillé. Leur assistance va surtout m’être précieuse lors de la redescente. À chaque pas, une partie du poids de mon corps sera supporté par l’appui qu’ils me procureront. Cela allégera les contraintes exercées sur mes articulations. Mes genoux s’en porteront mieux. À ma dernière sortie, j’avais au détour d’un lacet failli trébucher, sans bâton, je suis certain que je me serais étendu de tout mon long sur le sentier. Je me remémore ce souvenir pour me persuader d’avoir fait le bon choix.

La randonnée avait commencé trois heures plus tôt, à 7H15 précisément et devait nous conduire au sommet en 4H30 environ. Nous avions dépassé St Petru di Venacu et emprunter une piste bosselée qui mène à un terre-plein faisant office de parking. De là, nous avions pris la photo traditionnelle puis nous avions marché en direction de la chapelle Santa’Eliseu au beau milieu d’une forêt de hêtres. L’air, relativement frais, chargé de l’exhalaison des plantes était agréable et le sentier empreint d’une abondante signalétique, instructif.

Jean-Paul RIdolfi – Jérome Santoli – Jean-luc Martinelli – Frédéric Santi – Jean-Pierre Nucci

 

Nous profitons d’un léger temps de repos pour nous interroger sur l’utilité des chaussures montantes. Le débat est ouvert. Depuis l’émergence des courses de montagne, les trails, le recours à ce type d’équipement semble obsolète. Les compétiteurs s’équipent de chaussures basses pour alléger leur poids et faciliter leur technique de course. Ils passent dans les endroits scabreux sans souci. Mais aucun de nous ne leur ressemble. La peur de la blessure a motivé notre choix. En montagne, la cheville est fortement sollicitée, une entorse, une fracture des malléoles est toujours possible. Si notre niveau de performance s’apparentait à celui des compétiteurs, nous aurions pu envisager de porter des chaussures basses. Mais aujourd’hui, compte tenu de la moyenne d’’âge de l’équipe, 55 ans,  la sécurité l’a emporté*.

*sauf pour Jean-Paul qui avait préféré des trail.

À la chapelle une halte prolongée s’était imposée.  Après 1H45 de marche forcée quelques gorgées d’eau s’étaient avérées nécessaires. Nous avions bu une partie de notre réserve respective et pris chacun des photos en fonction de nos propres inspirations.

Elle était belle cette chapelle. Centrée à l’intérieur d’un jardin délimité par des murs construits en pierres taillées, sa façade principale orientée à la plaine orientale, laissait voir sur sa porte une fresque.  Gravée dans le bois massif, elle représentait  un visage à la forme du soleil.  Le soleil justement était assez haut dans le ciel pour nous aveugler et rendre notre vue incertaine. Nous avions réussis quand même à contempler un long moment l’étang d’Urbinu qui se distinguait péniblement de la brume matinale.

Sant’Eliseu
L’auteur devant la Chapelle Sant’Eliseu.

Bien après la dernière gorgée d’eau, nous avions délaissé le sentier balisé des bergeries de Tataralla pour celui plus approximatif du Cardu.

La souffrance endurée par nos quadriceps est désormais soulagée par la vue imprenable sur le massif du Cintu et de la Paglia Orba. 11H30, nous avons gagné, pour parvenir au sommet, un quart d’heure sur le temps estimé. Un repas frugal, une conversation amicale, une rencontre sympathique avec un jeune champion de course en montagne, et nous entamons prestement la redescente par le même itinéraire car des nuages menaçants couvrent partiellement le massif montagneux.

 

Je regarde ce jeune homme peu vêtu, un polo, un short, une réserve d’eau insignifiante, ¼ de litre tout au plus, et des chaussures basses aux pieds. Il est démuni de bâton, du moindre sac, il porte une casquette et c’est tout. Nous l’avions vu grimper vers nous lorsque nous étions encore sur les dalles rocheuses. Ce n’était alors qu’un point dans la montagne. En peu de temps, il s’était retrouvé à notre hauteur et nous voilà maintenant en sa compagnie sur le sommet. Son niveau de performance renforce ma conviction de privilégier ma sécurité avant mon confort. Il faut être un athlète de haut niveau pour s’équiper aussi sommairement.

P1030938
Enfin au sommet.

 

Nous marchons prudemment de peur de trébucher sur le sentier pentu. Une rencontre insolite avec un plombier autrichien perdu seul au milieu de cette immensité minérale nous fait sourire un peu. À L’aide du GPS nous le renseignons sur l’itinéraire à prendre pour atteindre son but. Quelques photos en sa compagnie à la bergerie Codu a u Pratu et nous voilà de nouveau à la Chapelle Sant’Eliseu. La redescente s’est faite rapidement. Il faut dire que le sentier est dans sa majorité assez propre. Aucun passage ne nous a semblé difficile à franchir. Le guide prévoit 2H30 du sommet au parking. Nous trainons un peu. Une demie heure de marche et ce sera terminé. Nous roulerons ensuite jusqu’à Vivario où près de la fontaine du village nous nous sustenterons d’une bonne bière bien fraîche et d’un plat de charcuteries corse.

 

P1090551
Rencontre insolite avec un marcheur autrichien solitaire.

Le diaporama

  • full screen sliderDépart 7h45 , dans les hauteurs de St Pierre de Venaco
  • html slideshowRéglage des bâtons.
  • jquery carouselC'est parti...
  • full width slider
  • carousel bootstrap
  • bootstrap sliderHalte à la Chapelle Sant'Eliseu.
  • image slider
  • wowslider
  • full width slider
  • responsive carousel
  • jquery carouselIl commence à faire chaud.
  • slider
  • jquery slideshow
  • html5 slider
  • slideshow
  • html slideshow
  • jquery slideshowAu sommet avec le traileur qui nous a rattrappés.
  • jquery slideshow
  • javascript carouselLe Monte Cardu est atteint après 4h15 de montée. (alt 2453m)
  • bootstrap image slider
  • slider jqueryVue superbe sur d'autres sommets.
  • css slider
  • image carousel
  • html5 slider
  • full width sliderUn autrichien solitaire vient faire la route avec nous.
  • jquery carousel
css image slider by WOWSlider.com v6.3

 

 

nucci
Jean-Pierre Nucci



Ajaccio-Vignola-Canareccia-Ajaccio

Presque une randonnée!.

Je vous soumets un parcours assez sportif si vous le faites rapidement,  surtout dans sa  deuxième partie. (J’ai mis environ 4h15 pour faire la grande boucle depuis la Rue Maréchal Ornano).

Téléchargez le parcours:

gpx Ajaccio-Vignola-Canareccia-Ajaccio - Type de fichier: gpx - 918

Départ du Bois des Anglais - 1ère Etape centrale solaire de Vignola, puis montée par la route vers le Col de Canareccia (vers Capo de Feno), reprise du sentier vers Ajaccio en passant par le Bec d'aigle et retour sur le Bois des Anglais. (sur la trace, le trajet commence Rue Mal Ornano)

Je ne mets pas de photos pour le moment car je n’en ai pas pris. Vous pouvez trouver le parcours détaillé jusqu’à la centrale solaire de Vignola  sur ce lien.

Ensuite, il vous faudra faire 500m environ sur la route des Sanguinaires et prendre à droite au rond-point pour atteindre le Col de Canareccia (ou col de Capo).

 Bocca di Canareccia
Au rond-point tournez à droite jusqu’à  » a Bocca di Canareccia »

Au col de Canareccia, visualisez les 2 citernes vertes. Tournez à droite.

citernes_canareccia
Le col de Canareccia et les citernes.

A partir de ce point, soit vous êtes encore fringant et vous continuez, soit vous êtes fatigué et vous redescendez prendre le bus ou alors, vous appelez quelqu’un pour rentrer en voiture. Sinon sachez que ça va être très long.

Sur le parcours, vous verrez que je fais demi-tour après m’être trompé de chemin. J’avais pris celui qui monte. Restez donc à droite.

Attention, celui du bas...
Attention, celui du bas…

J’ai de l’entrainement et je suis quand même arrivé cassé en deux à la maison. Sachez que vous avez déjà fait un peu plus de la moitié du parcours mais que le plus difficile reste à faire, soit environ 5 km de montée parfois très raide jusqu’au sommet « Le Bec d’Aigle ». Je n’ai que des photos du parcours en sens inverse à proposer pour l’instant… vous pouvez les voir dans le parcours  des citernes à capo di feno. Si vous pensez ne pas pouvoir vous repérer, allez doucement et au moindre doute, faites demi-tour, non pas que vous risquiez de vous perdre , mais vous  allez vous rallonger le parcours qui n’en demande pas tant.

Arrivée au Bec d’Aigle.

Vous avez fait le plus dur… il ne vous reste plus qu’à redescendre jusqu’aux citernes pour rejoindre la piste du Salario.

Le sommet est proche.
Vous y êtes mais… dans l’autre sens!

Arrivée sur la piste du Salario, encore une petite demi-heure et vous serez enfin arrivés!

les citerne
Les citernes sur la piste du Salario., si vous vous retournez :)

 




Téléchargements parcours gpx et kml

Téléchargez les parcours kml et gpx du Sentier des Crêtes

Les formats kml et gpx sont des formats qui permettent de visualiser vos parcours GPS dans Google Earth.
Sinon si vous voulez le top installez Google Earth sans attendre non seulement pour  pouvoir afficher les parcours, mais plus largement, afin de découvrir la planète vue du ciel. (Sachez que le logiciel accepte également le format gpx).
Vous pouvez également choisir d’utiliser des outils en ligne, tel GPS Track Viewer

a

Visualiser les parcours dans Google Earth

Un fois la trace téléchargée, rendez-vous dans Google Earth. Faites : fichier/ouvrir et choisissez le fichier que vous avez téléchargé.

Normalement voilà ce qui va apparaître :

fenetre_googleVous avez sur la partie supérieure, la totalité du parcours en bleu.

Faire un clic droit de souris sur la ligne du fichier que vous venez d’ouvrir fait apparaitre un menu. Cliquez sur « faire apparaitre le profil d’élévation ».

Et  voilà le parcours en coupe avec le départ à gauche et l’arrivée à droite. Vous pouvez balader la souris sur ce schéma pour parcourir la totalité du tracé, vous aurez la distance et l’altitude correspondante. Vraiment un outil très utile.

Ci dessous les traces gpx et kml que je mets à votre disposition. Il sont le résultat des parcours enregistrés avec l’appli  Runtastic pour l’Iphone

 

gpx Randonnée au Lac de Ninu - Type de fichier: gpx - 746

Départ, Maison forestière de Popaghja. - Arrivée station de ski de Vergio

kml Bois des Anglais - Monte Salario - Vignola et retour - Type de fichier: kml - 1025

Départ du Bois Des Anglais, monter vers la Piste du Salario et aller aux Citernes - poursuivre vers le Monte Salario.

gpx Les 2 bancs - Type de fichier: gpx - 924

Départ Bois des Anglais, monter jusqu'à la Piste du Salario puis prendre sur la gauche jusqu'à trouver un rétrécissement, continuer jusqu'au prochain embranchement et prendre à gauche pour revenir jusqu'au Bois des Anglais.

gpx Bois des Anglais - Capo di Feno - Type de fichier: gpx - 1195

Une belle balade qui démarre au Bois des Anglais pour se terminer sur la Plage de Capo di Feno. Durée environ 3h15mn - Distance 16km

kml Bois des Anglais - Bec d'aigle et retour. - Type de fichier: kml - 725

On part comme d'habitude du Bois des Anglais puis, on tourne pour trouver les citernes et de là, on atteint le point le plus haut du sentier. Je mets environ 50mn aller en marchant vite. Au retour, ça descend, ça va plus vite :o)

gpx Ajaccio-Vignola-Canareccia-Ajaccio - Type de fichier: gpx - 918

Départ du Bois des Anglais - 1ère Etape centrale solaire de Vignola, puis montée par la route vers le Col de Canareccia (vers Capo de Feno), reprise du sentier vers Ajaccio en passant par le Bec d'aigle et retour sur le Bois des Anglais. (sur la trace, le trajet commence Rue Mal Ornano)

gpx Monte Renosu - Lac de Betaniella - Type de fichier: gpx - 952

La trace aller depuis la fin de la route qui part du pont de chemin de fer. Une première partie facile jusqu'à Bocca Tribali - seconde partie difficile. Nous sommes arrêtés au lac.

gpx Col de Verde - Punta Bocca dell Oro - Type de fichier: gpx - 686

Belle balade - aucune difficulté.

gpx Monte Cervellu - Type de fichier: gpx - 728

Très belle randonnée - longue grimpette mais qui vaut vraiment le coup